22 mars : La Journée Mondiale de l’Eau

 

 

Comme chaque année depuis 1993, ce 22 mars correspond à la Journée Mondiale de l’Eau. L’ONU a en effet institué cette journée afin de mettre en lumière les différents problèmes de développement, humain ou immatériels, qui peuvent être liés à l’eau dans le monde.

Comme vient le rappeler le dernier rapport des Nations unies, « Eaux usées : la ressource inexploitée », des contraintes de plus en plus fortes pèsent sur la ressource, à l’échelle mondiale. En termes de quantité tout d’abord : face à la croissance rapide de la population mondiale et aux changements climatiques, l’eau se raréfie : si 50% de la population mondiale vit actuellement en zone urbaine, ce chiffre montera à 70% d’ici à 2050.En termes de qualité, ensuite : l’insalubrité de l’eau et le manque d’assainissement et d’hygiène provoquent chaque année la mort de près de 850 000 personnes. Or la poussée démographique, l’urbanisation accélérée et le développement économique entraînent une hausse mondiale du volume d’eaux usées et de leur degré de pollution.

Le recyclage des eaux usées constitue une première réponse à cette situation. Dans ce domaine, le potentiel est d’ores et déjà considérable : les eaux usées sont à la fois une source abordable et durable d’eau, mais aussi d’énergie, de nutriments et d’autres substances récupérables. Recycler l’eau usée, c’est réduire un rejet au milieu naturel et alléger la pression des prélèvements sur la ressource en eau, en particulier dans les territoires qui connaissent des périodes de déficit importantes.

Il faut donc apprendre à gérer les eaux usées mais aussi investir dans les infrastructures qui permettent d’utiliser cette ressource peu exploitée. C’est dans cette démarche que s’inscrivent les entreprises de l’eau.

Veolia a mis en place une solution vertueuse d’adaptation au dérèglement climatique à Durban, en Afrique du Sud. Une fois traitées, les eaux usées sont destinées aux industries locales pour alimenter leurs processus de production, contribuant ainsi à réduire les prélèvements d’eau dans l’environnement et à consacrer les ressources en eau douce à la production d’eau potable. Selon Antoine Frérot, PDG de Veolia, « c’est une véritable reconnaissance par la communauté internationale de l’enjeu de santé publique et de protection de l’environnement que constitue l’impérieuse collecte et dépollution des eaux usées »

Suez se lance dans un nouveau défi pour l’urbanisation face à la croissance démographique. Les villes vont devoir devenir des villes-ressources, qui s’articulent autour de l’homme, de ses besoins et de ses usages. C’est pourquoi la gestion des eaux usées s’est imposée comme un enjeu majeur pour les autorités locales. Le groupe s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire, fondée sur le principe de continuité dans le cycle produit, déchet, matériaux, eau, énergie.
En effet, la réutilisation des eaux usée représente une ressource alternative essentielle à l’agriculture de demain, et celle-ci est rendue possible grâce aux innovations de traitement qui permettent de recycler l’eau tout en évitant les rejets polluants.

En France, si l’eau semble abondante à première vue, la Journée Mondiale de l’Eau donne cependant l’occasion d’insister sur l’absolue nécessité de préserver la ressource. Bruno Cavagné, Président de la FNTP rappelle « nous renouvelons nos canalisations au rythme d’une fois tous les 167 ans en moyenne, alors que leur durée de vie n’excède pas 50 à 60 ans… […] et un quart de l’eau payée n’arrive jamais au robinet » (Eau Magazine, n°28, novembre 2016)

Il est donc impératif de garantir le patrimoine de l’eau, part essentielle du modèle français de l’eau, par l’entretien et le renouvellement qualitatif de nos infrastructures. Pour Jean-Luc Ventura, président de l’UIE, il faut aussi  innover : en développant des technologies fiables et plus performantes afin de continuer à fournir une eau de qualité à des coûts de fonctionnement réduits. En la matière, les entreprises qui adhèrent à l’UIE sont souvent à la pointe de l’innovation, que ce soit pour préserver la ressource, pour garantir notre patrimoine ou pour accroître la sobriété et l’efficacité énergétique  (Eau Magazine, n°28, novembre 2016).

L’eau est donc une ressource indispensable et cette Journée Mondiale de l’Eau constitue une reconnaissance du rôle qu’ont l’assainissement et la préservation des milieux naturels mais aussi la nécessité de l’émergence de ressources nouvelles et indispensables au développement.

 

Sources : Veolia, Suez, Eau Magazine, Fiche d’information : Journée Mondiale de l’Eau : pourquoi gaspiller l’eau ?

Retour
retour haut
Nous utilisons les cookies pour nous assurer que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site.
En savoir plus
Ok