Colloque – Le Patrimoine de l’Eau – Bilan et synthèse de l’étude de Maria Salvetti

Infrastructures de l’eau : 20 ans de sous-investissements dans le renouvellement 

Des Assises de l’eau pour un projet de loi

Organisée par l’Union des Industries et Entreprises de l’Eau et de l’Environnement (UIE), syndicat de spécialité de la FNTP,  la 6ème édition du colloque annuel « Les Enjeux de l’Eau », portait cette année sur le patrimoine de l’eau. A partir d’un état des lieux, des propositions concrètes ont servi de base d’échanges pour valoriser, entretenir et renouveler ce patrimoine, tout en arrivant à garantir un « juste prix de l’eau ».

  • Entretenir, valoriser et renouveler le patrimoine de l’eau : un impératif et une urgence en 2017 !

Au cours de la matinée, les intervenants : représentants des entreprises, associations professionnelles, élus et collectivités ont tous pu redire leur attachement au patrimoine de l’eau mais également le besoin urgent de l’entretenir et le renouveler afin de ne pas faire porter sur les générations futures un poids financier trop lourd.

André Santini, président du Sedif – © Tanguy de Montesson – Agence Oblique

Première table ronde « Etat des lieux du patrimoine » – © Tanguy de Montesson – Agence Oblique

Entretenir et valoriser le patrimoine de l’eau, c’est possible, comme en a témoigné André Santini, président du SEDIF, qui a mis en place des plans d’investissements pluriannuels (le XVème couvre la période 2016-2021) du réseau et des usines, atteignant ainsi un taux de renouvellement des réseaux de 1.4%, deux fois supérieur à la moyenne nationale. « Pour bien investir, il faut connaitre son patrimoine et sa caractérisation (matières, années de pose…) » a ajouté Marc Harrison, chargé de mission politique patrimoniale d’Eau de Paris. Il faut « trouver le juste équilibre entre les besoins financiers nécessaires à une gestion patrimoniale adaptée aux objectifs de performance du service et le prix de l’eau ». Un point de vue soutenu par Nicolas Portier, délégué général de l’Assemblée des Communautés de France (AdCF) : « avec la baisse de 2 milliards d’euros de la commande publique entre 2012 et 2016, on prend le risque de s’installer dans un sous-investissement structurel qui entraînera retards et pertes de valeur ». De leurs côtés les entreprises appellent à « sortir de la logique du moins-disant pour adopter celle du mieux-disant », une idée avancée par François Dumez, vice-président d’ITEA (syndicat de l’UIE regroupant les fabricants de réseaux et branchements). Idée largement reprise par l’ensemble des participants.

  • Financement, communication et solidarité : des idées prometteuses qui donnent de l’avenir à notre patrimoine de l’eau

A partir de la synthèse présentée par Maria Salvetti (économiste à l’IAE de Paris), l’UIE a émis des propositions pour trouver un équilibre entre un « juste prix de l’eau » et la préservation du patrimoine. Vous trouverez ces propositions en annexe 1 de notre communiqué de presse. Les participants au colloque ont été invités à en discuter afin d’envisager les solutions possibles.

Bruno Cavagné, président de la FNTP, soutient ces propositions en souhaitant que : « l’Etat puisse convoquer rapidement des « Assises de l’eau » comme il l’a fait récemment pour la mobilité, afin d’adopter une approche globale qui ne se limite pas à la trésorerie des Agences de l’eau ».

Sophie Auconie, députée d’Indre-et-Loire, a insisté sur : « la nécessité de ne pas dégrader le patrimoine pour ne pas faire porter un poids financier trop important sur les générations futures ». Pour répondre à cette préoccupation, Sophie Auconie a attiré l’attention sur l’existence de fonds européens de type FEDER, insuffisamment utilisés en France.

Deuxième table ronde : « Innovation et solutions pour garantir l’avenir du patrimoine de l’eau »

David Colon, président de la Filière Française de l’Eau, association regroupant de nombreux acteurs de l’eau en France, a attiré l’attention sur la fracture sociale mais aussi territoriale entre ville et campagne, le monde rural représentant 40% du réseau d’eau mais 25% de la population. Ila ainsi introduit une proposition formulée par l’UIE : « mutualiser, au niveau national, un fonds d’aide au renouvellement dédié aux infrastructures de l’eau ».

Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E, a remis le consommateur au cœur du débat en insistant sur la nécessité d’en faire un allié de la politique de l’eau en France.

Conclusion de Jean-Luc Ventura, président de l’UIE © Tanguy de Montesson – Agence Oblique

En conclusion du colloque, Jean-Luc Ventura, président de l’UIE, s’est appuyé sur le rapport du CGEDD de 2016 « Eau potable et assainissement : à quel prix ? » pour rappeler que les investissements en renouvellement et entretien du patrimoine sont insuffisants depuis 20 ans. Enfin, le président de l’UIE a déclaré : « La dépréciation des actifs nets est évaluée à 3 milliards d’euros par an. Ne baissez pas le prix de l’eau, car pour assurer le renouvellement des infrastructures il faudra l’augmenter et retrouver un équilibre qui devra être « décidé et assumé en responsabilité » par les dépositaires de ce patrimoine ». 

 

Vous pouvez télécharger la synthèse en cliquant sur l’image suivante :

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger en cliquant ici : le communiqué de presse bilan

 

Vous pouvez télécharger le PPT des présentations des intervenants au colloque ici

 

 

 

 

 

Retour
retour haut
Nous utilisons les cookies pour nous assurer que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site.
En savoir plus
Ok