Conjoncture TP 2019

En ce début d’année 2019, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a présenté son bilan 2018 : avec 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires, la profession profite d’une activité en hausse de 7%. Mais le climat économique et social, couplé à l’indécision politique, inquiète tout de même le secteur. Détails.

 

Résultats 2018
La conférence de presse présentant le bilan 2018 et les perspectives 2019 du secteur a néanmoins été l’occasion de rappeler quelques chiffres encourageants : en 2018, le chiffre d’affaires des entreprises de TP a atteint 41 milliards d’euros, une somme en progression de 7% par rapport à 2017, mais tout de même inférieure de 15% au « record » de 2007 – plus de 48 milliards d’euros.

 

L’année 2018 a ainsi permis aux travaux publics de renouer avec un cycle de croissance plus important que prévu, grâce à l’accélération de la reprise de l’investissement local et du secteur privé, ainsi qu’au retour de l’inflation avec une hausse conséquente des coûts de production.

 

Perspectives 2019
« 2019 devrait être une bonne année en termes d’activité, sous réserve que nous ne nous retrouvions pas de nouveau au milieu du gué, avec une absence de décisions qui auraient déjà dû être prises depuis longtemps. » 

Les collectivités territoriales constituent toujours les premiers clients des travaux publics
Elles représentent 41% de l’activité du secteur, et la FNTP note que la reprise de leurs investissements (+7,4% en 2018, avec une prévision de +6,3% pour 2019) explique en grande partie le redémarrage de l’activité constatée chez toutes les entreprises et dans toutes les régions. Ces dépenses publiques d’investissements devraient atteindre un point culminant en 2019, dernière année avant les élections municipales. Les professionnels espèrent également que les départements relanceront ce type de dépenses l’année prochaine. En revanche, la réforme de la fiscalité locale, qui va par définition impacter de plein fouet les collectivités, rend la situation « nettement plus floue », d’après la FNTP, qui gardera également « un œil attentif » sur la future Agence de cohésion des territoires.

 

Grand Paris
Les investissements de la Société du Grand Paris vont poursuivre leur montée en puissance en 2019 et 2020 avant d’atteindre leur rythme de croisière (à environ 4 Md€/an). Ils resteront une locomotive pour l’activité en région francilienne.

 

Emploi
L’Ile-de-France demeure un véritable « aspirateur » pour la main d’œuvre de régions limitrophes (effet chantier du Grand Paris) mais des difficultés de recrutement remontent également de multiples régions (en particulier pour les grandes métropoles). C’est pour cette raison que la FNTP a initié, fin 2018, une campagne de communication intitulée #FranchementRespect et destinée à faire connaître et à rendre attractif les métiers aux jeunes. Cette campagne va se renforcer dans les prochaines semaines pour convaincre les jeunes qui font leurs premiers choix d’orientation de choisir les Travaux Publics. Aujourd’hui 300 000 salariés travaillent dans les entreprises de TP tous types de contrats confondus.

 

2019 devrait être la deuxième année depuis 8 ans de créations nettes d’emplois permanents pour le secteur des Travaux Publics. Les entreprises de TP devraient recruter 40 000 collaborateurs en 2019, ce qui correspondrait de nouveau à 10 000 créations nettes d’emplois. C’est aussi pour répondre à ce défi de l’emploi que la profession s’est engagée à augmenter de 50% le nombre de jeunes que nos entreprises accueillent en apprentissage d’ici 5 ans.

 

Plus de détails ici

Retour
retour haut
Nous utilisons les cookies pour nous assurer que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site.
En savoir plus
Ok